SIKO Gegenaktionen München

Appel à manifester contre le forum de Munich sur les politiques de défense mises en place par l’OTAN

Descendons dans les rues
le Samedi 18 février 2017
LA PAIX AU LIEU DE L'OTAN - NON À LA GUERRE!

En février 2017 aura lieu le soi-disant Forum de Munich sur la sécurité rassemblant élites politiques, économiques et militaires, principalement des États membres de l’OTAN, responsables de la crise migratoire en Europe, de guerres, de pauvreté et de crises environnementales.

Contrairement à ce qu’ils laissent entendre, ils ne voient leur intérêt ni dans la recherche de solutions pacifiques aux conflits, ni dans la sécurité des peuples à travers le monde, mais plutôt dans leurs aspirations hégémoniques mondiales et le maintien de l’emprise des grandes firmes multinationales sur l’économie mondiale.

Ce forum sert avant tout de plateforme de diffusion de la propagande justifiant l’existence de l’OTAN, ses dépenses colossales dans l’industrie de l’armement et ses interventions militaires illégales, fondées sur des mensonges et présentées aux populations comme ayant des vocations humanitaires.

L’alliance belliciste de l’OTAN est une menace pour l’humanité toute entière

Les États membres de l’OTAN privilégient leurs prétendus intérêts capitalistes aux droits de l’homme, négligent et instrumentalisent les réfugiés au lieu de s’en prendre aux sources de la crise migratoire. À travers leurs politiques, ils cimentent la richesse des riches au lieu de lutter contre la misère, attisent les conflits et soutiennent le terrorisme. L’OTAN préconise la loi du plus fort. Depuis la guerre d’agression contre la Yougoslavie, qui a eu lieu avec la participation anticonstitutionnelle de l’Allemagne, les États membres de l’OTAN transgressent le droit des peuples. Leur prétendue guerre contre le terrorisme n’est rien d’autre qu’une cinglante terreur imposée aux populations civiles. La guerre de drones menée par le gouvernement américain n’est que lynchage illégal et meurtres fondés sur des suspicions qui ont coûté la vie à des dizaines de milliers d’innocents.

Rares sont les pays à l’abri d’interventions militaires de l’ « Occident » s'ils ne se sont pas soumis au préalable sans conditions aux règles du jeu des Etats impérialistes. La guerre meurtrière en Syrie et le renforcement de DAESH après la guerre en Irak sont le fruit de la politique de renversement de régimes menée par les Etats-Unis, l’Otan, L’UE et leurs alliés régionaux. Leurs guerres en Afghanistan, en Irak et en Libye, ainsi que leurs sanctions économiques ont détruit ces États et ont encore plus accentué la détérioration des conditions de vie de ces populations.

Mettons fin a la guerre en Syrie

La volonté affirmée des États membres de l’OTAN de renverser le régime syrien ainsi que de soutenir les forces les plus réactionnaires et des mercenaires étrangers constitue une atteinte grave à la charte des Nations-Unies. La Turquie, État membre de l’OTAN, joue un double jeu avec la guerre en Syrie en s’attaquant de plus en plus brutalement aux Kurdes et en détruisant le projet Rojava dans le nord de la Syrie. De plus, l’intervention de l’OTAN accroît le risque d’une confrontation directe entre les Etats-Unis et la Russie avec le risque considérable d’une catastrophe nucléaire pour le monde entier.
Les deux cotés doivent mettre fin aux bombardements qui ont couté la vie à des dizaines de milliers de civils. Ce ne sera non pas avec des bombes que nous ferons la paix en Syrie, mais seulement à travers une solution politique prenant en compte tous les partis. Les populations ont besoin de nouvelles perspectives dans leur vie afin de les dissuader d’être tentés par un éventuel soutien au soi-disant État Islamique.

Mettons fin a la mobilisation contre la Russie

L’OTAN a à nouveau réanimé la vieille figure de la Russie comme traditionnel ennemi et s’est mise à exécuter progressivement une dangereuse politique de recherche de l’affrontement. Elle achève une expansion de ses frontières jusqu’aux portes de la Russie : la présence permanente des troupes de l’OTAN accompagnée du déploiement de chars et d’avions de combats dans les trois pays baltes ainsi qu’en Pologne, le réarmement de Kiev et les manœuvres militaires de l’OTAN en Europe de l’Est font office de préparation à la guerre. Les Etats-Unis veulent s’assurer la capacité de première frappe nucléaire contre la Russie sans encourir le risque d’une réplique par le biais de déploiement de systèmes anti-missiles dans la région.

L’Allemagne est impliquée dans chaque guerre.

L’Allemagne est, en violation apparente de sa constitution, la plateforme des guerres d’agression menées par l’OTAN et les Etats-Unis. Les plus importantes centrales de commandement de l’OTAN sont en Allemagne. C’est à partir de la base américaine de Ramstein que sont transportés matériels militaires et troupes, que commencent les missions de combats et que sont pilotés les drones assassins. La Bundeswehr participe directement ou indirectement à toutes les guerres de l’OTAN et est réarmée à ces fins.

Le gouvernement fédéral a annoncé qu’il investira 130 milliards d’euros supplémentaires dans l’équipement et le réarmement de la Bundeswehr et augmentera les dépenses militaires de 34,3 milliards aujourd’hui à 2% du PIB dans les quinze prochaines années, soit 70 milliards d’euros.

En 2015, le gouvernement fédéral a distribué des autorisations d’exportation d’armes pour une valeur de 12,8 milliards d’euro, soit le double de l’année précédente (rapport sur les exportations d’armes 2015).

Des régimes autoritaires et réactionnaires tels que la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar sont les meilleurs clients de l’industrie de l’armement allemand. Le commerce de la guerre se porte bien.

Le gouvernement fédéral bloque, avec la complicité des puissances nucléaires que sont les Etats-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, la France et Israël, toute négociation visant à interdire l’usage de toutes les armes nucléaires. Les armes nucléaires américaines qui sont stationnées en Allemagne, et qui sont en train d’être « modernisées » pour avoir une capacité d’utilisation plus étendue, voire transformées en de nouvelles armes, font partie de la stratégie de confrontation nucléaire des Etats-Unis et de l’OTAN, stratégie à laquelle le gouvernement fédéral tient aussi, contrairement à son annonce d’engagement pour le désarmement.

Nous devons résister. La guerre ne doit pas être un moyen de la politique.

  • Nous refusons le réarmement de la Bundeswehr, la production et l’exportation d’armes. Nous demandons l’arrêt immédiat des livraisons d’armes à la Turquie, à l’Arabie Saoudite et au Qatar. Les milliards d’investissements dans l’armement et la guerre doivent être utilisés pour des projets à vocations sociales.
  • Que plus aucune arme nucléaire ne soit installée en Allemagne ! Il faut mettre fin à la complicité nucléaire avec les Etats-Unis. Le gouvernement fédéral doit mettre un terme à la mise à disposition des avions de combat Tornado, à l’entraînement de la Bundeswehr à l’utilisation d’armes nucléaires, ainsi qu’au contrat autorisant le stationnement d’armes nucléaires américaines en Allemagne.
  • Mettons fin aux missions à l’étranger de la Bundeswehr! Il faut sortir de l’OTAN et des structures militaires de l’UE. Nous demandons la fermeture de toutes les bases militaires américaines et de l’OTAN. Nous demandons la dissolution de la Bundeswehr.
  • Nous demandons un retrait de la participation de l’Allemagne à la politique d’affrontement avec la Russie – que ce soit à travers les manœuvres de guerre ou à travers la présence militaire en Europe de l’Est. La paix en Europe ne se fera pas contre mais seulement avec la Russie.
  • Soyons solidaires avec les réfugiés. Nous demandons protection et sécurité pour les victimes des zones de conflits et de pays touchés par la famine, la pauvreté et la crise environnementale. Les catastrophes de masse en Méditerranée doivent cesser. Les réfugiés ont besoin de moyens légaux pour entrer en Europe.

Nous nous engageons pour la paix et la justice sociale comme partie prenante à un mouvement de résistance mondial et lançons un appel:

Venez manifester contre la réunion des stratèges de guerre de l’OTAN
le Samedi 18 février à Munich

AKTIONSBÜNDNIS GEGEN DIE NATO-SICHERHEITSKONFERENZ


Signez le appel en ligne (de) www.sicherheitskonferenz.de/Aufruf-Unterstuetzen
Par E-Mail: gegen@sicherheitskonferenz.de ou Fax: 089-168 94 15
Télécharger Appel en PDF: www.sicherheitskonferenz.de/Siko2017/Appel-contre-SIKO-2017.pdf

C. Schreer, IBAN: DE44 7001 0080 0348 3358 09, BIC: PBNKDEFF, Ref.: SIKO 2017